travaux dalle funéraire.JPG

La dalle funéraire de Jacques et Marguerite de Havard présente dans l’église Saint-Pierre nécessite une restauration longue. Les travaux vont durer sur trois ans : la dépose, puis la mise en bain de la dalle pour un dessalement de la pierre sera effectué à partir de septembre.

Pièce remarquable de notre patrimoine, elle a suscité l’intérêt de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), ainsi que celui du Département d’Eure-et-Loir, qui participeront au financement de sa restauration dont le montant total  s'élève à 12.725 € TTC.



Explications concernant cette dalle tumulaire :

Outre l'intérêt qu'elle présente au point de vue du costume du chevalier et des détails d'architecture qui surmontent les deux statues, par son inscription, elle offre matière à une discussion généalogique assez curieuse.
Le chevalier représenté est, à n'en pas douter d'après l'inscription, Jacques de Havard, qui , vers le XVIème siècle, fut en effet seigneur du Thuilay1 et de Senantes. Mais quelle est la femme ?
L'inscription quoiqu'assez frustre, se lit facilement, nous avions pensé d'abord qu'il n'y avait pas à hésiter : l'épouse de Jacques de Havard était Madeleine de Pilliers, donc elle était figurée à côté de son mari. Mais en y regardant de plus près, nous avons lu d'une manière incontestable Marguerite ; or, la mère de Jacques était Marguerite d'Écrosnes, femme de Pierre de Havard, à qui elle apporta la seigneurie du Thuilay.
Ce serait donc la mère, et non pas la femme de Jacques, qui aurait été représentée sur cette tombe. Ceci, nous l'avouons, nous paraît tellement anormal que nous n'osons le proposer ; nous préférons presque croire à une erreur du graveur du XVIème siècle. Une chose nous fait balancer, c'est le titre de Dame du Thuilay donné à cette Marguerite, titre qui appartenait bien à Marguerite d'Écrosnes et non à sa bru Madeleine de Pilliers.
Les dates ont été effacées ; les armoiries n'ont pas été représentées, suivant la coutume de l'époque ; les éléments essentiels nous font donc défaut pour trancher définitivement cette question. Nous ne savons du reste à quelle époque précise mourut Jacques de Havard. En 1550, il signait un acte en faveur de l'abbaye de Coulombs ; puis nous le perdons de vue, mais nous ne croyons pas qu'il ait dû survivre bien longtemps. Nous connaissons en effet trois de ses enfants : Pierre, Louis et Jacqueline. Or, cette dernière fut mariée à Michel de Graffort, auquel elle apporta une partie de la seigneurie du Thuilay, qui lui était échue après la mort de son père, et dans l'église de Faverolles, on lit l'épitaphe suivante :

"Cy gist feu Michel de Graffort, chevalier, seigneur du Thuilay, Marthonvilliers et Faverolles en partie, qui trépassa le dernier janvier 1 579, et Dame Jacqueline de Havard, sa femme trépassa le 21 avril 1 611."

Jacques de Havard était donc mort avant 1 579.


1 Le Thuilay était un fief assez important, situé dans la paroisse de Faverolles : il relevait de la seigneurie de Fontaine-sous-Prémont.

✒️Article de : Lucien MERLET dans dalles tumulaires et pierres tombales du département d'Eure-et-Loir Tome 1. Publication de la Société Archéologique d'Eure-et-Loir - imprimerieGarnier 1 895.

Les travaux pour le dessalement de cette dalle funéraire ont débuté lundi 26 octobre 2020. 

20201026_091025.jpg

Une structure a été montée avec un palan pour la transporter sans risquer de l'endommager.

20201028_214356r.jpg

Un bassin a été créé pour immerger entièrement la dalle. Cette immersion va durer plusieurs années. Ce n'est que le début...

20201029_110543r.jpg

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.